Depuis une décennie, nous assistons à une mutation de l’enseignement. Celle-ci est largement aidée par l’émergence des jeux vidéo en tant qu’outils pédagogiques.

Le vent de changement a tout d’abord soufflé du côté des écoles avant-gardistes avec l’incorporation de Minecraft. Ce jeu, qui donne une liberté presque infinie aux joueurs, a été adapté afin de rendre l’enseignement plus ludique et participatif.

La création et la gestion de ressources ont permis aux élèves d’apprendre tout en s’amusant et en développant des compétences essentielles comme la planification, la résolution de problèmes et le travail en équipe. Le résultat ? Des élèves plus impliqués et enthousiastes, ce qui donne du sens à l’expression “apprendre en s’amusant”.

Il ne faut pas non plus oublier Classcraft, une plate-forme éducative gamifiée qui transforme l’environnement de la classe en un jeu de rôle fantastique. Il encourage de façon ludique le respect des règles de la classe, la collaboration et la participation active, tout en apportant un peu de magie à la routine quotidienne de la classe.

De tels exemples, nous font prendre conscience des bénéfices cognitifs et socio-émotionnels des jeux vidéo à l’école.

Principal moteur des jeux vidéo, la motivation est ici le carburant de l’apprentissage. Les enfants apprennent mieux et retiennent plus d’informations lorsqu’ils sont engagés et investis dans une activité. Les jeux vidéo, par leur dynamisme et leur engagement, encouragent cette implication.

Par ailleurs, nous devons également souligner leur potentiel pour développer les capacités de collaboration, la résilience face à l’échec et la créativité. Autant d’aspects que nous, en professionnels de l’éducation et de la communication, devons valoriser et promouvoir.

Mais tout cela pose un dilemme. Quels sont les défis de l’intégration des jeux vidéo dans le système éducatif traditionnel ?

Il y a bien entendu des résistances, voire des incompréhensions. L’association du jeu vidéo à l’éducation peut être perçue comme une dévalorisation de l’enseignement traditionnel. Toutefois, nous croyons fermement que ces outils numériques ne sont que des compléments, et non des remplacements. Ils sont le reflet de notre époque, tout comme le tableau noir l’était à son époque.

Comme pour tout nouvel outil, il faut établir des balises. Il est essentiel de bien former les enseignants à l’utilisation de ces jeux et de maintenir un équilibre entre le jeu et l’enseignement plus traditionnel.

Un avenir se dessine où le jeu vidéo devient un allié précieux dans l’éducation. Nous devons guidé par la curiosité et le désir d’apprendre, transformer les défis en opportunités, afin de nouer un partenariat solide entre l’école et les jeux vidéo.